Caractériser l’amiante présent dans votre futur chantier est notre métier

L’amiante est un minéral fibreux et cancérogène utilisé au sein de nombreux ouvrages construits par l’homme dont ceux liés aux voiries, soit les voies de circulation, les aires de stationnement, les trottoirs, les voies piétonnières, etc. et ce, jusqu’au milieu des années 90.

Dans les enrobés routiers, la présence d’amiante résulte d’une introduction volontaire comme d’une utilisation de granulats comportant de l’amiante à l’état naturel.

Le premier cas traduit une volonté de renforcer le maillage interne des routes soumises à une circulation routière de plus en plus dense, susceptible de provoquer des fissures dans le bitume.

Il s’agissait aussi de lutter contre le phénomène d’orniérage qui se produit immanquablement du fait du passage répété des roues sur la chaussée.

L’amiante utilisé alors est essentiellement de l’amiante chrysotile de la famille minéralogique des serpentines, dit également amiante "industriel", soit un composant qui par sa forte toxicité, même s’il a été introduit à faible dose (jusqu’à un pour cent de la masse sèche) est à l’origine de la circulaire ministérielle de 2013 qui a imposé le repérage amiante et HAP sur enrobés routiers.

Quant à la présence d’amiante à l’état naturel, elle s’explique par la composition même des enrobés routiers, soit à base de granulats de sable issus de carrières creusées dans des régions abritant des minéraux fibreux appartenant à la famille des amiantes comme l’actinolite asbestiforme.

Bien que l’amiante chrysotile fasse l’objet de toutes les attentions lors d’un repérage amiante et HAP sur les enrobés routiers, les amiantes amphiboles comme l’actinolite et la trémolite font également partie des amiantes à caractériser.

Dans tous les cas, définir la nature de l’amiante présent dans les enrobés routiers oblige l’opérateur certifié à faire des carottages qui, lorsqu’ils sont multicouches, doivent être fractionnés avant d’être transmis en bonne et due forme (double ensachage et identification précise) à un laboratoire accrédité par le COFRAC.

Ils seront alors pris en charge pour une analyse par META (Microscopie Électronique à Transmission Analytique) selon la norme NF X43-050 et l’annexe G-7 du Guide d’aide à la caractérisation des enrobés bitumineux.

Bien entendu, lorsque l’analyse des échantillons prélevés lors du repérage amiante et HAP des enrobés routiers révèle que les couches d’enrobés routiers, susceptibles d’être impactées par les travaux, sont amiantées, il est essentiel que les déchets produits pendant le chantier soient stockés dans un centre d’enfouissement technique (CET) de classe 1, c’est-à-dire destiné aux matériaux dangereux.  

Amiante
Recherche d'amiante

Un diagnostic amiante est obligatoire dans le cadre d'une vente, d'une location ou de travaux sur un bien.

En savoir plus
Les enrobés routiers
Le repérage amiante

Ce diagnostic portant sur les enrobés a pour objectif de déterminer la présence ou l'absence d'amiante.

En savoir plus
Les HAP
Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques

Les HAP sont des polluants organiques persistants, produits par combustion des matières organiques.

En savoir plus

Le réseau France Carottage Routier

Haut-de-France | Normandie | Bretagne | Centre | Aquitaine

02 47 77 08 79

Île-de-France

06 95 56 92 52

Auvergne-Rhône-Alpes

04 76 61 96 67

Pays de la Loire

02 51 94 10 10

Trouvez votre expert
près de chez vous !


adhérez au réseau
Repérage amiante et HAP enrobés routiers nord normandie idf centre aquitaine loire bretagne auvergne

Nos références

©France Carottage | RCS : 433994563 | Mentions légales | Création web : www.arobiz.com